JUBILÉ D’ÉTAIN DU PROJET SAINT LUCIEN À FESHI

JUBILÉ D’ÉTAIN DU PROJET SAINT LUCIEN À FESHI

Le projet Saint Lucien est un projet de développement intégral et intégré initié et réalisé par l’Abbé Placide Ponzo avec le concours substantiel de ses paroissiens d’Autriche. Il a démarré avec la pose de la première pierre le 23.07.2007 sous la bénédiction de l’Abbé Léon Makuku, curé de l’époque et du Chef de terre Mudimbamba.

 

Dans le triduum du 01er au 03 septembre 2017 ont eu lieu les différentes manifestations relatives au jubilé d’étain (10 ans d’existence) du « Projet Saint Lucien » dans la paroisse  Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Feshi :

Vendredi, 1er septembre 2017 :

a eu lieu une rencontre de football opposant deux équipes des jeunes de Feshi, notamment FC Fondamental et FC Mupepe ya Mpa, qui s’est soldé par un score vierge.

Samedi, 02 septembre 2017 :

fut organisée une conférence sur le « sens de l’école et du projet dans le processus du développement », conférence tenue par l’initiateur du projet Saint Lucien, l’Abbé Placide Ponzo. L’essentiel de la conférence s’est articulé autour de l’idée de l’école comme institution habilitée à la transmission des savoirs susceptibles d’élever les gens (un élève est celui qui s’élève par le savoir) au-dessus de la mêlée. Dans sa théorie des capabilités, le prix Nobel de l’économie Amartya Sen soutient que ce qui fait la vraie richesse d’un pays, ce ne sont pas d’abord les minerais et les richesses naturelles dont il regorge, mais avant tout la qualité du capital humain (qui repose entre autres sur les connaissances et compétences acquises à l’école). Comme tout savoir est pouvoir (Jürgen Habermas), tout savoir digne de ce nom doit aussi avoir un impact positif sur la vie des populations concernées, c’est-à-dire, il doit les tirer vers le haut (développement, changement des mentalités, transformation positive, synergie fédératrice et constructrice, etc.) en surmontant concomitamment toutes les pesanteurs qui tirent vers le bas (ignorantisme, obscurantisme, analphabétisme, fanatisme religieux aveugle, sous-développement, tribalisme, isolationnisme, séparatisme…).

Dimanche, le 03 septembre 2017 :

une messe d’action de grâce fut célébrée pour toutes les bénédictions reçues au cours des dix dernières années du déploiement du projet Saint Lucien. Au cours de la même eucharistie les fidèles de la paroisse Sainte Thérèse de Feshi ont aussi rendu grâce à Dieu pour le jubilé sacerdotal de cristal de l’Abbé Placide Ponzo (15 ans d’ordination presbytérale) et pour la fin de ses études doctorales en 2016 en théologie morale et politique et en doctrine sociale de l’église à l’université de Salzbourg (Autriche). Les festivités furent bouclées avec une kyrielle d’activités culturelles dans l’aréal du collège Saint Lucien.

Par ailleurs, le projet englobe une école technique du même nom dont on peut voir les images ci-bas (avec un grand bâtiment administratif, 3 bâtiments scolaires contenant 20 salles de classes bien équipées en livres, matériels techniques et autres), faisant fonctionner pour le moment les options techniques suivantes : construction, agriculture, vétérinaire, nutrition et coupe et couture. Depuis les premières promotions datant de 2014, le collège Saint Lucien a déjà fourni 149 techniciens diplômés à la nation congolaise, qui brillent partout où ils sont par leur compétence et la qualité de leurs prestations.

 

D’autres options sont prévues à l’aune de l’avancement du chantier et de l’acquisition de la logistique nécessaire y afférente, telles que la mécanique générale, l’électronique, l’énergétique, la menuiserie, etc.

 

À côté de l’école, on a pu réaliser d’autres projets connexes : le « projet eau potable » depuis 2008 avec la construction d’un puits qui approvisionne toute la cité en eau potable. Grâce à la consommation de l’eau potable, les maladies d’origine hydrique ont sensiblement été réduites (statistiques de la zone de santé de Feshi). Et comme la population de la cité de Feshi augmente de façon exponentielle (selon les statistiques démographiques obtenues du territoire, la cité de Feshi a à ces jours une population de 73.000 habitants), il y a donc nécessité de construire un second puits, pour couvrir les besoins de toute la cité en eau potable.

 

En plus de l’eau potable, on a aussi depuis 2012 mis sur pied le « projet élevage bovin » qui permet à nos élèves d’agrovétérinaire de consolider leur formation pratique, le « projet énergie solaire » (2015) qui a formé les feshois en technique solaire. On a installé une station solaire au niveau de Saint Lucien qui permet aux techniciens de travailler en synergie en apprenant aux gens de mieux maîtriser et exploiter l’énergie solaire. On peut s’approvisionner en kits solaires à Saint Lucien qui est aussi à même d’envoyer ses techniciens les installer partout où on les demande.

 

En plus, le projet investit dans le recyclage et la formation continue pour augmenter la qualité de l’enseignement et  optimiser la compétence des enseignants. En ce moment, il y a deux enseignants qui sont en formation à l’INPP Kinshasa (institut national de préparation professionnelle de Kinshasa) en maintenance et gestion informatiques et en photovoltaïque. Une session de recyclage et de formation continue de deux semaines a eu au mois de septembre dernier pour les enseignantes de coupe et couture. Le projet prévoit aussi d’envoyer d’autres personnes en formation en management, en comptabilité et en gestion. On organise aussi la venue des professeurs visiteurs pour les options techniques dont on ne trouve pas d’enseignants qualifiés et compétents sur place. Si les moyens le permettent, on envisage aussi d’accorder des « bourses » aux finalistes les plus méritants pour aller poursuivre les études supérieures ou universitaires avec promesse de servir la région.

Afin de combattre l’exode rural, Saint Lucien projette autant faire se peut de garder certains jeunes techniciens formés au collège Saint Lucien au terroir grâce aux  coopératives agricoles, de construction, de couture… qui puissent leur ouvrir de vraies perspectives d’avenir et leur donner des raisons de rester sur place pour ainsi faire profiter la région de leurs compétences techniques et professionnelles…

Comme la première phase du projet s’est achevée au bout de dix ans, il fallait échanger avec la base pour définir de nouvelles priorités en vue de sa pérennisation. D’où, les idées recueillies à la base à Feshi à travers les sondages et les échanges qui ont y eu lieu au mois d’août et de septembre derniers seront décortiquées lors de la prochaine assemblée générale de l’Association Saint Lucien Autriche. Celle-ci aura comme mission de redéfinir le projet avec de nouvelles priorités sur fond des idées recueillies à partir de la base.

 

Les cérémonies jubilaires ont été clôturées avec une méditation sur cette pensée du dramaturge allemand Bertolt Brecht:« J’ai appris une chose et je sais en mourant qu’elle vaut pour chacun : vos beaux sentiments, que signifient-ils si rien ne paraît dehors ? Et votre savoir, qu’en est-il, s’il reste sans conséquences ? […] Je vous le dis : Souciez-vous, en quittant ce monde, non d’avoir été bons, cela ne suffit pas, mais de quitter un monde bon » (Bertolt Brecht, Sainte Jeanne des abattoirs) !

Abbé Placide PONZO